- Nos analyses -
 
 Economistes & Sites Web 
 
Accueil
Français Ciesint

Mieux vaut découvrir la vérité avant de s'y heurter

English
 
 Statistiques & Graphiques 
 

Economie

Article sélectionné

Notes

Le parallèle entre le cancer et la situation économique actuelle

Une autre forme de guerre : la Troïka, nouvelle arme pour instaurer la féodalité financière en Occident.

Les dieux de l'enfer, la nouvelle inquisition

L'économie et le fanatisme idéologique

Relation entre l'argent et l'économie réelle (la production des biens et services)

Le cancer qui ronge nos sociétés

Quelle valeur a l'argent ?

Nous contacter

Le parallèle entre le cancer et la situation économique actuelle

Commençons par un tableau résumé du cancer.

A la base, il s'agit d'une cellule qui continue à se reproduire alors que cela n'est pas nécessaire pour le fonctionnement du corps qui l'abrite. Elle cesse de remplir sa fonction originale. L'amas qui résulte de la multiplication de cette cellule forme une tumeur dont le volume ne cesse de croître. Si cela est connu, ce qui l'est moins est que cette tumeur envoie des signaux au reste du corps pour susciter la création de nouveaux canaux d'approvisionnement (par exemple de nouveaux vaisseaux sanguins) sans lesquels cette tumeur finirait par périr. Ces nouvelles voies d'approvisionnement ne sont pas cancéreuses, elles répondent à la demande des cellules qui forment la tumeur. Il y a ainsi un détournement des ressources du corps vers un processus qui lui est nocif. Les cellules qui se détachent de la tumeur vont former ailleurs des métastases qui vont étendre le processus en cours. Suivant l'endroit où elles se forment, ces tumeurs secondaires vont réduire l'activité des organes touchés ou même finalement mettre en péril leur fonctionnement tout en contribuant encore plus au détournement des ressources disponibles.
    Les cellules cancéreuses mettent également en oeuvre un système de défense contre le système immunitaire qui tente de les détruire. Le développement du cancer va s'accélérer jusqu'à provoquer la mort du corps qui l'abrite et, forcément, en même temps, la mort des cellules cancéreuses elles-mêmes. Le cancer est une forme d'auto-destruction provoquée par la perte de relation entre le développement d'une cellule et son utilité pour le fonctionnement du corps.


Si nous faisons un tableau de la situation actuelle en Occident que constatons-nous?

Un certain nombre de "cellules" qui font partie du monde financier, se développent pour leurs propres intérêts sans aucune relation avec leur utilité pour l'économie réelle qui assure la survie de la société. Le monde financier a créé des "signaux" (de nouvelles règles) pour susciter la mise en place de nouveaux moyens pour l'approvisionner, par exemple avec les marchés financiers, les produits dérivés du crédit, etc... Les "métastases" se sont répandues dans l'ensemble du corps social au point qu'aujourd'hui, l'économie réelle n'est plus qu'un partie infime de l'activité des sociétés occidentales. L'immense majorité des ressources sont détournées vers le monde financier qui oeuvre également à la mise en place de moyens de défense, sous la forme d'un contrôle de plus en plus étroit des populations associé à l'extension des moyens de répression.  Comme dans le cas du cancer dans un corps biologique, cette financialisation de l'économie entraîne automatiquement, mécaniquement peut-on dire, une réduction du fonctionnement de l'économie réelle. Un schéma très simplifié pour illustrer cet effet:

Partons d'une situation dans laquelle les moyens financiers disponibles pour l'économie réelle et le monde financier sont égaux, par exemple chacun 50. Chaque partie dispose des moyens pour accéder à la moitié des ressources réelles disponibles, l'argent n'étant que le moyen d'accéder aux biens et services (Plus d'info : Relation entre l'argent et l'économie réelle (la production des biens et services).


p1



Créons ensuite de nouveaux moyens financiers que nous donnons aux acteurs du monde de la finance. Pour faciliter la compréhension, faisons passer les moyens à disposition du monde financier de 50 à 150, sans créer de nouveaux biens et produits dans l'économie réelle. Nous aboutissons à une situation qui est illustrée par ce nouveau schéma:

p2

Nous constatons que le monde financier peut alors accéder aux 3/4  (150/200) des biens et produits de l'économie réelle. Évidemment, du point de vue des personnes appartenant à ce monde financier cela sera considéré comme un succès. Mais il nous faut aussi constater que les acteurs de l'économie réelle ne peuvent plus accéder qu'à 1/4 des biens et produits, ce qui va entraîner "mécaniquement" une réduction de leurs activités. La croissance des éléments qui forment le monde financier va réduire ou mettre en péril les différentes parties de l'économie réelle. En outre, les moyens supplémentaires obtenus permettent aux acteurs du monde financier de contrôler les flux monétaires et ainsi de réduire ou même étouffer le développement des acteurs de l'économie réelle qui ne sont pas utiles à leur croissance. Cela est clairement illustré par la politique d'austérité mise en place aussi bien par les gouvernements de gauche que de droite.

     Le but de toute activité économique devient produire de plus en plus de moyens financiers et non plus répondre aux besoins réels de la société.  Cette évolution permet également au monde de la finance de réduire encore les capacités de défense du corps social par le contrôle des médias, des organes politiques...  Partout où le monde financier prend le contrôle, les activités dégénèrent, l'objectif initial se transforme et devient "faire du fric". Nous voyons cela par exemple dans le sport (dopage), la médecine  (médicaments dont l'effet est douteux, rejet de certains types de médecines efficaces), l'industrie alimentaire (création d'aliments néfastes pour la santé mais plus "rentables"), l'agriculture (pollution par les pesticides et herbicides, réduction du contenu en substances nutritives utiles),  l'énergie (explosion des centrales nucléaires de Fukushima et l'absence de moyens efficaces pour mettre fin à la pollution radioactive continuelle qui en résulte), etc... L'explosion des cancers biologiques est d'ailleurs en elle-même un résultat de ce cancer financier.

La réduction automatique des moyens à disposition de l'économie réelle qui résulte des activités du monde financier a pour conséquence l'affaiblissement continuel des capacités de la société à répondre à ses besoins. Comme dans un processus cancéreux, les "cellules" qui constituent le monde financier travaillent seulement pour leur propre expansion, sans relation avec l'utilité de leurs actions pour le corps social. Le résultat final sera le même que celui d'un cancer qui se développe dans un corps biologique, ce cancer financier se développera jusqu'à l'auto-destruction finale inévitable du corps social dans lequel il se développe. Nous en voyons déjà une illustration avec la situation actuelle de la Grèce, situation qui s'étendra ensuite à de plus en plus de pays jusqu'à la désintégration non seulement de l'Europe, de l'Euro (ensuite des Etats-Unis) mais des pays eux-mêmes qui éclateront en diverses régions cherchant leur indépendance pour se libérer du mal qui les ronge. L'évolution de la situation en Ukraine est une autre illustration de ces mécanismes. D'ailleurs on pourrait parler de "L'Ukrainisation" de l'Europe. En utilisant ce type d'analogie entre le cancer biologique et le développement du monde de la finance, nous ne prenons même pas en compte d'autres effets négatifs au point de vue de l'économie réelle en Occident. Parmi eux-ci le principal est le gaspillage qui résulte des dépenses militaires sans oublier le retour de flamme inévitable de la part des autres pays tant sur le plan commercial que politique ou militaire suite aux actions militaires déclenchées. A cela il faudrait encore ajouter la désintégration des liens sociaux provoquée par la domination de la finance sur nos sociétés.


Il serait intéressant de chercher à connaître les mécanismes fondamentaux à la base du développement de ce cancer financier, du point de vue social, économique, psychologique, biologique. Comment expliquer l'extension de ce cancer financier à l'URSS ? Cette évolution serait-elle inhérente à l'espèce humaine ou plutôt liée à une forme de civilisation telle que par exemple la civilisation judéo-chrétienne ? Celle-ci aurait-elle créé à l'intérieur du tissu social les conditions pour le développement de ce phénomène en privilégiant l'individu, en perturbant les relations entre hommes et femmes pour diviser les populations, neutralisant ainsi les capacités de résistance face à ceux dont le but est la recherche du pouvoir ? Quels sont les mécanismes qui sont à la base de cette recherche du pouvoir ? Une vision du monde fondée sur la lutte des classes, le clivage gauche-droite, a-t-elle encore un sens aujourd'hui ? Répondre à ces questions est, entre autres, l'objectif de mon livre "Quel futur pour l'humanité". Comprendre permet de retrouver une voie vers l'espoir d'un monde meilleur, de trouver des solutions, au moins sur le plan individuel.

CIESINT   Publié le 2015-08-23   Nombre de lectures 13248

Copyright : vous pouvez reproduire cet article à condition de mentionner l'auteur et de créer un lien vers ce site.



Nos publications

La forte augmentation du nombre de lectures n'est pas arbitraire. Lors de l'évolution du site il y a quelques années, un second moyen d'accès aux articles avait été ajouté. Pour ne pas perdre de temps à changer la page concernée, une nouvelle page a été ajoutée, ce qui a impliqué la création d'une copie des articles. Suivant le chemin emprunté, l'un ou l'autre des articles était marqué comme lu. Il n'était pas prévu au départ d'afficher ces informations dans le site. Lors de la création du nouveau site, tout ceci a été changé, il n'y a plus qu'un exemplaire des articles. Le nombre de lectures affichés est la somme du nombre de lectures des 2 fichiers prises environ 4 semaines avant la mise en ligne du nouveau site: Celle-ci a été retardée suite aux problèmes rencontrés lors de l'accès au site avec Android (forte déformation des pages web) - 2020-04-05